Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 13:45

Etre soi

http://www.youtube.com/watch?v=D1WqLg81-z0&feature=related

 

Notre société, en dehors du fait qu’elle apporte certaines satisfactions et bien-être, nous éloigne de l’essentiel, c’est à dire de nous-mêmes, ce qui nous fragilise à tous les niveaux. C’est un véritable paradoxe, ce monde est censé nous combler et nous rendre heureux, alors que le mode de vie qu’il nous propose est à l’origine de bien des souffrances. La cause principale se trouve dans ce qu’il a engendré, notre manière égocentrique de fonctionner.

Nous aimerions affirmer ce que nous sommes, nous montrer sans artifices, dans tous nos états, sans avoir  à nous cacher derrière une apparence, mais nous avons beaucoup de mal à cela, car cela suppose que nous soyons unifiés dans notre fort intérieur et non pas, divisés comme c’est souvent le cas.

 

Dans ce monde de paraître où il y a une telle obsession de l’image, même lorsque l’on veut s’affirmer, l’inquiétude demeure de comment bien apparaître. C’est d’ailleurs pourquoi, certaines personnalités s’entourent de conseillers en communication à l’exception de personnes ayant beaucoup de charisme, qui elles, assument leur image sans trop de difficultés.

Pour nous assurer une « image » conforme à ce que nous souhaitons, nous la testons, et dès lors, qu’elle est remise en cause, cela nous importune.  Pour la préserver, il y a en nous la personne qui joue un rôle en société et  notre vraie nature qui se dévoile que lorsqu’il n’y a aucun risque à la laisser s’exprimer. 

 

Notre attachement à l’ego est fortement lié aux souffrances que nous ressentons, ce qui nous empêche d’avoir un rapport aux autres d’humains à humains, sincère. 

En effet, bien que depuis le plus jeune age, nous ayons accès à l’instruction, rien n’est fait pour apprendre à mieux se connaître, bien au contraire, car nous sommes victimes d'un formatage.

On apprend la politesse, la vie en société, les uses et coutumes..., mais on n'apprend pas à être en congruence avec soi-même, à oser être soi et l'affirmer dans tous nos états, que cela plaise ou déplaise.

Enfant, nous avons « l'injonction » de montrer une image « policée » valorisant nos parents, qui doit être la plus parfaite possible, car à travers elle se joue toute l'éducation qu'ils nous ont donné. Nous en sommes les représentants et ne pouvons agir autrement, sans risquer de les mettre à défaut. Nous apprenons donc très tôt à paraître en donnant une image de soi acceptable, mais nous n’apprenons pas vraiment à nous connaître. C’est pourquoi certaines personnes ont peu d’estime pour elle-mêmes et donnent beaucoup d’importance à leur image et au regard que l’on peut porter sur elles.

Cette éducation qui nous est donnée enfant, peut créer une confusion dans notre esprit, entre la pudeur, la timidité, et les bonnes manières, ce qui peut nous laisser inhabiles à prendre une décision.

 

Le manque d'affirmation de soi est lié aux peurs 

 

Oser s’affirmer n’est pas chose facile, car derrière se cachent des peurs ; peur de décevoir, d’être rejeté, de ne plus être aimé…, qui peut parfois même être mêlé de culpabilité.

Derrière ce paraître à travers l’image que l’on donne, se cachent en effet des blessures et des peurs ; de ne pas être à la hauteur, du jugement, du rejet, de l’abandon… et qui se traduisent en besoins narcissiques ; besoin de s’exhiber,  de se valoriser, de se mettre en avant ou au-dessus des autres, besoin de reconnaissance, d’être accepté, de plaire, d’être aimé ou valorisé… Par exemple, derrière une attitude de supériorité se cache incontestablement une dévalorisation; un profond sentiment d’infériorité qu’il faut compenser en « sur-jouant », très souvent de manière inconsciente. Tout cela résulte d’un manque d’estime et de confiance en soi. Par besoin de plaire, certaines personnes adoptent même l’attitude correspondant au désir de l’autre, ou ce qu’elles pensent être son désir, ce qui dénote leur difficulté à s’affirmer dans la relation.

Néanmoins, faute de mieux, à travers  ce pouvoir donné à l’ego, on se sent existé et reconnu, ce qui permet malgré tout, de renforcer l’amour de soi.

 

Durant toute notre vie, nous sommes amenés à faire des choix, ce qui nous confronte à une difficulté, celle de choisir, car d’une certaine manière choisir, c'est prendre un risque!

 

Le choix c’est se risquer, derrière le risque se cachent des peurs (rejet, abandon, humiliation…) qui nous confrontent à nos limites.

Pour susciter l’approbation, l’admiration, la reconnaissance, etc., certaines personnes n’hésitent pas à dire oui, alors même qu’elles ne se sentent pas à la hauteur de ce qui leur est demandé de faire. Vient s’ajouter la peur de l’échec. Se sur-stress engendré les mettent dans une obligation de réussite. Pour y arriver elles compensent très souvent par du perfectionnisme ce qui risque de les « emprisonner » davantage.

Dire non, serait pour elles prendre le risque d’être jugés, pas aimés, rejetées. Mais dire non, peut aussi être une protection et dénoter un manque d’affirmation par peur que l’on abuse de soi.

Si le choix renvoie à des situations mal vécues, par instinct de protection, cela peut bloquer toute décision, qui mets dans l’incapacité de choisir. Ne pas prendre de décision traduit une fuite. 

 

Cette incapacité à s’affirmer entraîne une diminution de l’estime de soi. Il y a des sentiment mêlés qui sont à la fois, de ne pas se sentir respecté, mais aussi de ne pas s’être respecté. Dire oui sans le vouloir vraiment, peu donner le sentiment de se faire avoir, en pensant que les autres profitent de cette faiblesse. Le sentiment de culpabilité est dû à l’incapacité à s’affirmer (sentiment de lâcheté), etc. Les personnes qui en souffrent parfois s’en plaignent, ce qui accentue le fait qu’elles n’assument pas leur choix.

 

Oser s’affirmer

 

« Ce n'est pas parce que c'est difficile que l'on n'ose pas, c'est parce que l'on ose pas que c'est difficile ". Sénèque

En se respectant et en s’affirmant, nous donnons des raisons de plus aux autres de nous aimer. Le respect n’attire-t-il pas le respect? S’affirmer n’est pas chose facile, souvent un travail sur soi est nécessaire. Cela sous-entend de prendre la décision de se respecter en définissant ce que nous sommes prêts à accepter ou refuser. Cela renforce l’estime de soi et nous unifie à nous-mêmes. En étant cohérent avec nos refus, nous devenons responsables et non plus coupables, car nous assumons nos choix, que cela plaise ou déplaise. Il se peut que notre refus engendre de la déception autour de nous. Si nous sommes « clairs » avec nous-mêmes, c’est un risque que nous assumons. Nous devons à chaque fois, nous clarifier afin de faire le bon choix . Oser dire « non » et l’assumer, montre une image d’une personnalité stable .

 

Geneviève

http://www.edilivre.com/au-fil-de-mes-vers-genevieve-martin-boissy.html

http://www.laparenthese.chezvotrehote.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Geneviève - dans Refexion et articles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Se-ressourcer
  • Se-ressourcer
  • : Ce blog est axé sur le thème du développement-personnel, son contenu (articles et poèmes) est en rapport avec ce thème.
  • Contact

Profil

  • Geneviève MARTIN BOISSY
  • Je suis psychopraticienne de courant humaniste et auteure d'un recueil de poèmes: "Au fil de mes vers l'éveil sur soi". J'ai été référente et superviseur d'élèves en psychosomatothérapie et animatrice en relaxation. 
Cette citation me rejoint: «Quand changer et apprendre ne sont plus synonymes de recherche des défauts, des erreurs et des fautes, mais essentiellement quête des richesses, des potentialités et des qualités existantes, alors la démarche qui favorise cette évolution, peut devenir une fantastique opportunité de croissance offerte à l'intelligence humaine» Auteur inconnu
  • Je suis psychopraticienne de courant humaniste et auteure d'un recueil de poèmes: "Au fil de mes vers l'éveil sur soi". J'ai été référente et superviseur d'élèves en psychosomatothérapie et animatrice en relaxation. Cette citation me rejoint: «Quand changer et apprendre ne sont plus synonymes de recherche des défauts, des erreurs et des fautes, mais essentiellement quête des richesses, des potentialités et des qualités existantes, alors la démarche qui favorise cette évolution, peut devenir une fantastique opportunité de croissance offerte à l'intelligence humaine» Auteur inconnu

Rechercher

Pages

Liens