Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 17:06
Alors la « Paix » viendra… !

« Tout le monde veut vivre au sommet de la montagne, sans soupçonner que le vrai bonheur est dans la manière de gravir la pente. » Gabriel Garcia Marquez

Si nous voulons vivre en harmonie avec nos semblables, il appartient à chacun d’agir en conscience pour un bien vivre ensemble. A cette fin, n'est-il pas de notre responsabilité d’instaurer ou de restaurer la « paix » en soi, afin d’y faire naître des sentiments d'amour, lesquels ensuite peuvent émaner naturellement de notre personnalité?

Car s’il subsiste des conflits, des divisions, des rancœurs, des ressentiments…, qui cohabitent en nous, cela a pour effet de générer à des degrés divers, un mal être en soi et aussi, autour de soi. Dans cet état d’être de peu d’amour en notre cœur, nous « manquons de douceur » et cela n’est pas sans conséquence sur notre communication interne/externe. Nos états d’âme s’exprimant à travers nos comportements, il est bien difficile alors de donner le meilleur de soi-même.

Ce monde auquel souvent on s’oppose, n’est-il pas quelque part le miroir de nous-mêmes ?

Ne nous montre-t-il pas des aspects les plus sombres de notre « visage », car ne nous leurrons pas, il est ce que nous en avons fait.

Il nous faut bien prendre conscience que nous sommes tout interdépendants les uns des autres, nous avons besoin des autres pour vivre. Ainsi, nous sommes comme les maillons d’une chaîne, si l’un « rompt », cela impacte inévitablement sur l’ensemble, en désolidarisant la structure.

Malheureusement et souvent par ignorance, nous agissons de façon « désordonnée » et parfois « maladroite » sous l’emprise d’une pulsion, aussi bien vis-à-vis de nous-mêmes que vis-à-vis des autres, sans nous rendre compte à quel point ce que cela génère parfois comme souffrance en soi et autour de soi: ressentiments, culpabilité, rejet, incompréhension, haine…

Par des comportements « immatures », nous contribuons implicitement ou explicitement aux effets « négatifs» que nos attitudes produisent, car nous participons à l’accumulation et à la propagation d’énergies négatives en ce monde.

N’est-il pas mieux de nous ouvrir à notre humanité en accomplissant des actes d’amour et de compassion et ce, de manière à propager des « ondes positives »? Car la vengeance nourrit la haine, un « poids» lourd à porter qui handicape le bien être.

L’instabilité de ce monde est un miroir de ce que nous sommes devenus, des êtres ego-centrés, individualistes, identifiés à l’ego. Et pour solutionner les conflits qui éclatent un peu partout, nous opposons souvent à la violence plus de violence, ce qui engendre encore plus d’instabilité et de haine entretenant ainsi le « mal ».

Les conséquences sont multiples, cela génère de plus en plus de victimes, de déplacements de population, de repli sur soi, sans compter les meurtrissures gravées pour longtemps dans les cœurs et transmises aux générations futures.

Pour favoriser un monde meilleur, c’est l’affaire de chacun et lutter n’est pas une solution, car cela génère une force qui vient en opposition. Les guerres n’ont jamais solutionné les problèmes et l’histoire l’a démontré à maintes reprises. Ils ressurgissent tôt ou tard et souvent avec plus de virulences.

“En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur.” Gandhi

Voulons-nous la Paix, ou voulons-nous la guerre ?

Si nous voulons aller vers l’apaisement et la sérénité, nous devons l’établir déjà en nous-mêmes, puis entre les hommes. Pour cela, il nous appartient de sortir de l’ignorance dans lequel nous sommes « plongés » et de prendre acte de notre responsabilité aussi minime soit-elle, de tout ce chaos lié à des comportements, choix ou non-choix…

Nous devons effectuer des remises en questions sur notre système de penser et de croyances inhérent à un conditionnement qui nous a formaté d’une certaine manière depuis l’enfance, et prendre la mesure de nos actes et de nos « travers », de manière à se « corriger » et à se libérer de l’emprise de l’ego.

Nous avons à nous « clarifier » et à comprendre l’objet de nos tiraillements. Puis, il nous faut avoir le courage de «Se regarder », en prenant conscience de nos « nœuds de souffrance » et de mettre un terme à ce qui nous cause du tourment.

Ces « nœuds » font partis de notre conditionnement, dans lequel le mental ego, au travers divers jugements, de bien et de mal, de beau et le laid, de plaisir et de déplaisir ,… nous leurre, nous rendant également prisonnier de la satisfaction de désirs tournés vers l’extérieur et de nos identifications.

Rebâtir une société plus juste, plus humaine …

« Éduquer, c’est apporter du contenu à des liens, c’est créer des réciprocités, c’est proposer à chacun d’être l’un des dépositaires du trésor collectif, d’être de ceux qui l’enrichiront, d’être aussi face à la génération suivante, un passeur de témoin ». Mon utopie d’Albert Jacquard.

Albert Jacquard, rebâtir une société humaine sans compétition :

https://www.youtube.com/watch?v=tjHx9IMtgiY

A l'image de ce précepte qui suit, prenons conscience que les pensées et croyances se traduisent en actes et en comportements qui façonnent notre vie. Avec nos pensées nous créons le monde !

Fais attention à tes pensées, car elles deviendront tes paroles.

Fais attention à tes paroles, car elles deviendront tes actes.

Fais attention à tes actes, car ils deviendront tes habitudes.

Fais attention à tes habitudes, car elles deviendront ton mode de vie.

Fais attention à ton mode de vie, car il deviendra ton destin.

« Chaque fois que tu t’apprêtes à poser un acte, poses-toi la question de savoir quelles sont les conséquences de cet acte sur le plus faible et le plus petit d’entre nous. Si les conséquences sur cette personne sont négatives, c’est que l’acte que tu t’apprêtes à poser n’est pas légitime. » (Gandhi)

Lao Tseu: «l’Amour est, de toutes les passions, le plus fort, car il s’attaque en même temps à la Tête, au Cœur et à nos Sens…»

« Enveloppé » de cette puissante force qu’est l’amour, nous sommes plus à même de nous ouvrir à ce qui est et pour cela, peut-être avons-nous à aller dans le mouvement et peut-être même, à « coopérer » avec l’inévitable.

S’ouvrir à ce qui est, ne sous-entend pas l’adhésion à ce qui se passe. C’est y être réceptif et c’est garder l’esprit ouvert pour une vision élargie. Cette vision nous permet de faire fi des apparences, sans qu’il y ait d’interférence dans notre façon très subjective d’interpréter les choses, qui est une manière de s’interposer à ce qui est.

Nous serons plus aptes à évaluer la situation et à identifier le problème, en recherchant ensuite la ou les causes qui ont déclenché les effets produits.

Je vous invite à découvrir ce texte de Pierre Guilbert que je trouve intéressant à partager et qui rejoint cette notion qu'est l'Amour.

Alors la Paix viendra !

Si tu crois qu’un sourire est plus fort qu’une arme,
Si tu crois à la puissance d’une main offerte,
Si tu crois que ce qui rassemble les hommes est plus important que ce qui divise,
Si tu crois qu’être différent est une richesse, et non pas un danger,
Si tu sais regarder l’autre avec un brin d’amour,
Si tu préfères l’espérance au soupçon,
Si tu estimes que c’est à toi de faire le premier pas, plutôt qu’à l’autre,

Si le regard d’un enfant parvient encore à désarmer ton cœur,
Si tu peux te réjouir de la joie de ton voisin,
Si l’injustice qui frappe les autres te révolte autant que celle que tu subis,
Si pour toi l’étranger est un frère qui t’est proposé,
Si tu sais donner gratuitement un peu de ton temps par amour,
Si tu acceptes qu’un autre te rende service,

Si tu partages ton pain et que tu saches y joindre un morceau de ton cœur,
Si tu crois qu’un pardon va plus loin qu’une vengeance,
Si tu sais chanter le bonheur des autres et danser leur allégresse,
Si tu peux écouter le malheureux qui te fait perdre ton temps et lui garder le sourire,
Si tu sais accepter la critique et en faire ton profit, sans la renvoyer et te justifier,

Si tu sais accueillir et adopter un avis différent du tien,
Si pour toi l’autre est d’abord un frère,
Si la colère est pour toi une faiblesse, non une preuve de force,
Si tu préfères être lésé que faire du tort à quelqu’un,
Si tu refuses qu’après toi ce soit le déluge,
Si tu te ranges du côté du pauvre et de l’opprimé sans te prendre pour un héros,

Si tu crois que l’Amour est la seule force de dissuasion,
Si tu crois que la Paix est possible,

......Alors la Paix viendra

Là où on s’aime, il ne fait jamais nuit. Proverbe Africain

Prenez bien soin de vous.

Partager cet article

Repost 0
Published by Geneviève MARTIN BOISSY - dans articles
commenter cet article

commentaires

lilouette 05/03/2016 17:36

Bonjour
Très bien ce blog. bravo.
Est-il possible lire les articles antérieurs à janvier 2015 ?
Je vous souhaite une douce soirée.

Geneviève MARTIN BOISSY 05/03/2016 19:02

Bonsoir Lilouette,

Je vous remercie pour votre aimable commentaire. Pour voir tous les articles, il vous suffit de cliquer sur "Se-ressourcer" situé à gauche, en haut de page, puis une fois actualisé, descendre en bas de page où est situé une série de numéro (de 1 à 10....). Chacun correspondant à plusieurs articles. Bien à vous

Présentation

  • : Se-ressourcer
  • Se-ressourcer
  • : Ce blog est axé sur le thème du développement-personnel, son contenu (articles et poèmes) est en rapport avec ce thème.
  • Contact

Profil

  • Geneviève MARTIN BOISSY
  • Je suis psychopraticienne de courant humaniste et auteure d'un recueil de poèmes: "Au fil de mes vers l'éveil sur soi". J'ai été référente et superviseur d'élèves en psychosomatothérapie et animatrice en relaxation. 
Cette citation me rejoint: «Quand changer et apprendre ne sont plus synonymes de recherche des défauts, des erreurs et des fautes, mais essentiellement quête des richesses, des potentialités et des qualités existantes, alors la démarche qui favorise cette évolution, peut devenir une fantastique opportunité de croissance offerte à l'intelligence humaine» Auteur inconnu
  • Je suis psychopraticienne de courant humaniste et auteure d'un recueil de poèmes: "Au fil de mes vers l'éveil sur soi". J'ai été référente et superviseur d'élèves en psychosomatothérapie et animatrice en relaxation. Cette citation me rejoint: «Quand changer et apprendre ne sont plus synonymes de recherche des défauts, des erreurs et des fautes, mais essentiellement quête des richesses, des potentialités et des qualités existantes, alors la démarche qui favorise cette évolution, peut devenir une fantastique opportunité de croissance offerte à l'intelligence humaine» Auteur inconnu

Rechercher

Pages

Liens